Tuesday, January 8, 2013

Températures ressenties : Humidex et facteur éolien

Vivant au pays du grand froid on me demande souvent la température qu'il fait. L’Amérique du nord a cette particularité d'exprimer les températures réelles et les températures ressenties. L'homme aime le sensationnel alors pourquoi ne pas utiliser des chiffres gonflés artificiellement ? Vouloir exprimer une sensation subjective (de fait) avec une formule pseudo scientifiques et l’étendre a toute l’espèce humaine, voila a quoi cela correspond...


Pour la saison estivale on parle de facteur d’humidité (humidex), pour la saison d'hiver du facteur éolien. On pourrait imaginer que le vent ait une incidence en été et que l’humidité en aurait en hiver mais ces formules disent le contraire et ne peuvent simplement pas s'appliquer a toutes les températures. Le premier exemple flagrant est la remarque de l'essentiel des personnes qui viennent ici et parlent du froid. "Un -20 au Canada alors que l'hiver est très sec c'est comme si il faisait -5 en Alsace ou l'air est très humide." Ces formules sont la négation de cette assertion qui est pourtant tout autant subjective que ce que les 12 personnes tests ont pu dire pendant leur expérience dont découle tous ces calculs scabreux. Vous pensiez que l’humidité avait une incidence sur le froid ressenti ? les formules disent le contraire : le chaud c'est l’humidité, le froid c'est le vent et pas l'inverse...

Vous pouvez vous dire "Mais c'est qui lui pour venir contredire des grands scientifiques américains ?". Par chance je ne suis pas le seul, et il n'y a absolument pas besoin d’être scientifiques pour comprendre que ces formules sont à la fois absurdes mais sont à l'opposé de tout ce qu'on nous apprend depuis les cours primaires. N'ayez pas peur je vais lâcher la formule du calcul du facteur éolien :



Rc est le refroidissement éolien
Tc est la temperature de l'air en degrés Celsius
V est la vitesse du vent prise a 10m en Km/h

Je laisse les scientifiques réfléchir à l’absurdité de cette formule... Pour ceux qui n'aiment pas ça je rappellerai une règle élémentaire des mathématiques que vous connaissez tous : "On n'additionne pas des choux et des carottes". C'est pourtant bel et bien ce qu'on fait ici. 13.12 qui est un scalaire (sans unité donc) est additionné avec des degrés Celsius (première absurdité). On ajoute a nouveau des degrés Celsius auxquels on retranche un scalaire qu'on multiplie par des Km/h. Nous avons donc ici additionnà des choux, des carottes et des betteraves qu'on a multiplie par des courgettes et on obtient des degrés Celsius en résultat (la science m’épate). Pour être plus précis Environnement Canada ne parle pas de degrés Celsius en résultat mais les médias ont tout de même fait l'assimilation et quand on regarde la météo ils affichent la température ressentie en degrés Celsius ce qui est un total non sens mais étant donné que les ordres de grandeurs se valent le grand public l'a assimilé ainsi. Notons également qu'il s'agit d'une formule qui n'a jamais été expliqué par ses inventeurs. Il est donc impossible de savoir ni l'origine de ces scalaires ni ce que représente la vitesse du vent a la puissance 0.16.

Il est tout a fait possible de faire la même démonstration avec le facteur humidex mais je vous épargnerez cela... Il est amusant de noter que contrairement à la "sensation populaire", d’après ces formules si le taux d’humidité est élevé et les températures négatives alors la température ressentie sera plus chaude que celle ambiante... Effectivement quand il fait (seulement) 25 degrés mais avec 80% d’humidité la sensation de chaleur sera effroyable. Ces formules diront qu'ils fait +40 mais ayant connu des vrais +40 je peux affirmer que cette sensation est totalement différente.

Si le site d'environnement Canada nous explique clairement la véracité de ces formules finalement on peut en lisant légèrement entre les lignes comprendre comment elles ont été obtenues. Les scientifiques ont préféré partir d'une grille de résultat pour intégrer dans leur formule des valeurs totalement arbitraire pour tomber sur des ordre de grandeur non absurdes pour une gamme de températures données. Si ces formules n'ont rien de sérieux obtenir un +98 degrés Celsius ressenti pour une température ambiante de 30 degrés l'aurait certainement encore moins été. Si on avait choisi une échelle de valeur (comme pour la qualite de l'air, l'indice UV ou d'ozone par exemple) pour caractériser le refroidissement éolien ça aurait été plus correct scientifiquement mais le grand publique ne l'aurait certainement pas intégré et encore moins les médias.

Mais c'est bel et bien parce que j'adore l'absurde que cette histoire de température ressentie me fera toujours rigoler.
  
Interlocuteur : Wahouuu il fait trop froid il fait -26 a Montreal aujourd’hui hui.
Moi : Ca veut dire -10 ?
Interlocuteur : Bin va voir sur meteomedia tu verras il fait -26 en ressenti. 
Moi : Ressenti ok, mais tout nu ? en maillot ? avec un bonnet ? avec sa Canada Goose ?

Ce même interlocuteur sera d'accord pour dire qu'un -10 réel au Canada c'est comme un 0 en France (air moins sec) mais vu que la météo nord américaine valide l’exagération à la marseillaise de la température il devient impossible de laisser la subjectivité collective déformer ce que le thermomètre dit. Mais ne vous laissez pas avoir, la seule chose prouvée est qu'un corps se refroidi plus vite sous l'effet du vent mais il ne sera jamais plus froid que ce que le thermomètre dit. Tout comme l'eau ne gèlera pas si il fait 1 degrés mais -5 de ressenti et les icefogs ne se produiront pas si il fait -20 et -40 de ressenti...

Je ne dis pas que la sensation de froid ou de chaud ne peut pas être différente en fonction du vent ou de l’humidité. Tout comme elle est différente si on est habillé ou pas, si on a de la fièvre ou pas, si on est fatigué ou pas, si on est reste 4 heures devant son poêle à bois pour ensuite sortir  à -40... Pour parler de ma subjectivité, il y a des jours a -5 ou j'ai froid et d'autres à -30 ou tout va bien sans parler du vent. Mais si on me demande la température qu'il fait, je regarde le thermomètre et ne m'amuserai pas à ajouter ou enlever quelques degrés juste parce que aujourd'hui personnellement je le sens comme cela ou pour essayer de faire passer le climat canadien pour plus dur que ce qu'il est.  Quand a contrario je parle avec des canadiens de ma Provence natale en hiver je n'oublie pas de préciser qu'un petit 0 un lendemain de pluie avec un gros mistral ça fait froid aussi. Mais jusqu’à maintenant on ne dit pas encore qu'il fait -10 dans ces conditions (sauf meteomedia)... Si je regarde la météo française via ces sites nord américains vous seriez étonné de voir que finalement en France pendant l'hiver on a des températures canadiennes (des -20 et même pire ne sont pas si rares contrairement à ce votre miss météo vous dit...)

Oui effectivement quand il y a une rafale qui me vient en pleine face alors qu'il fait -30 ça caille, mais si je mets ma cagoule alors c'est comme si de rien n’était (cagoule powa). Beaucoup de scientifiques qui contredisent ces formules ne disent pas que la sensation ne peut pas être différente en fonction des conditions. Mais dans ce cas il y a une nombre incalculable de facteurs a prendre en compte : la surface de la peau par exemple pour prendre en compte les échanges thermique, la couche d'air réchauffée qui nous entoure et nous isole... Un bilan énergétique peut être étudié mais cela demande un peu plus de sérieux scientifiques que ces formules, et des résultats d’expériences autres que des réponses subjectives de 12 personnes. Au final en faisant la somme de tous ces facteurs il serait possible d'en arriver a une température ressentie valable a un instant T, avec des conditions climatiques Z, des conditions physiologique X et pour un individu Y... et seulement la le ressenti reprendra sa place au sein de sa propre subjectivité.  
  
Ces températures ressenties arrivent en Europe petit a petit à ce que j'en vois mais ne vous méprenez pas. La température c'est le thermomètre, le ressenti c'est "J'ai froid" ou "J'ai chaud" qui eux sont sans unité mais qui peuvent être agrémentés d'adverbes. Même si dans mon petit grand nord j'entends aussi parler de ressenti, les véritables northerner n'ont nullement besoin de grossir les températures car ils savent ce qu'un véritable -40 est, les frostbites et l'hypothermie. La température est belle est bien celle du thermomètre qu'on laisse devant sa porte.

6 comments:

  1. Yep ! D'ailleurs l'autre jour il faisait 22 près du poêle eh ben avec une petite maladie j'avais super froid !
    C'est quelle formule pour la maladie :D ?

    ReplyDelete
    Replies
    1. Merde, si Cédric me pose des questions de sciences ou va t on ?
      Pour la température ressentie du malade on prend en compte la distance entre le sujet et le poêle à laquelle on soustrait la pression atmosphérique à 500m (pression prise au pole) le tout multiplie par la vitesse de la lumière (éteinte) ce à quoi on retranche la profondeur à laquelle le thermomètre est enfoncé (en décimètre).

      Delete
  2. Tout ce que je sais c'est que passé -20° en ressenti on a plus de récrés.

    Sinon la formule est marrante :D ça me donne envie de la faire tous les jours. Et en effet, même mes élèves comprendraient qu'il y a un souci.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Le dictat par l'absurde, pauvres enfants :p

      Delete
  3. LoL, c'est vrai que venant de Marseille, déjà que ça fait un choc thermique alors en plus si on enlève des degrés... (ça me fait penser a un film célèbre, qui se passe dans le Chnord).
    Je savais pas que les météos Canadiennes prenaient en compte ces paramètres, comme quoi on en apprend tous les jours.

    ReplyDelete
    Replies
    1. ... et j'ai envie de dire mais qui est cet Anonyme :)

      Delete