Sunday, June 26, 2011

Premier jour à Whitehorse

A peine sorti du bus, n'ayant pas dormi je suis très fatigué mais heureux de remettre mon sac sur le dos, cette joie suffit à me re-scotcher mon petit sourire qui ne me quitte plus depuis 5 mois. Plus d'un an que je voulais venir ici, dans le Yukon.

A 4 heures du matin, il n'y a qu'une personne pour vous accueillir dans ce pays : Tim Hortons. J'y vais avec un français rencontré dans le bus depuis Dawson's creek, lui est un bel aventurier, il en a des belles à me raconter. Et notre première discussion étant à propos de Thoreau, forcément nous avons pas mal accroché. Le sac sur le dos, je peux voir des montagnes à l'horizon, pour moi ça change tout. Mais j'ai tout de même quelque chose qui me tracasse : ces éternels feux piétons, grosses routes perpendiculaires... certes seuls un immeuble atteint les 4 étages mais je m'oriente tout de même vers ce temple du vénéré Tim, avec un A&W à côté, pizza hut, McDo' un peu plus loin... Bon on verra tout ça plus tard, en attendant faisons durer ce café 4 heures le temps que l'auberge de jeunesse ouvre.


Mon mail de réservation a été reçu dans les spams donc, rien pour moi... La gérante, très embêtée, me dit qu'elle a quand même son van dans lequel je pourrais dormir 2 jours (je dis « jour » car vous l'avez compris, il n'y a pas de nuit ici :p). Un van ? Pour moi tout seul ? Sans ronfleur ni ronfleuse ? Hmmm ?!!??! plutôt deux fois qu'une, il est ou le piège ? Un nid de guêpes dedans ?!

Première chose après 4 jours de bus : la douche. Dormir ? Le corps dit un petit peu oui mais je suis tout de même enfin arrivé dans cette ville qui était peut être la seule chose dont j'étais sûr en venant au Canada et il fait magnifiquement beau !

4 suissesses germanophones me proposent d'aller à l'église... Visiter les églises du Canada ce n'est pas mon truc, je n'y vais déjà pas en France... Trop fatigué pour trouver une excuse, en anglais qui plus est, j'ai bêtement dit oui. Etant complètement stupide ça n'a pas fait tilt dans mon petit crâne de piaf, un Dimanche matin, à l'église, même à l'autre bout du monde, c'est la messe...

Ca chante, il y a une batterie et une guitare, un karaoke, ça c'est Rock n' roll ! On chante l'hymne du Canada. Après ça, on a le droit a des passages de la bible. Mon état de fatigue risque de me jouer des tours... Essayons de comprendre ce qu'il dit après sa lecture. Un discours très politique, sur le « devoir » de voter entre autre... Je me sens un peu comme un spectateur qui s'est trompé de salle de cinéma à moins que ça ne soit le prêtre ? Finalement on donne des tatoo, des petits gâteaux, des drapeaux du Canada... C'est cool 'sti, pi' les gâteaux ils sont crissement bons, cawlissss ! Bon, mieux vaut ne pas rester longtemps sinon on va me poser des questions...

Un cinquième Suisse a rejoint le groupe et propose des grillades au bord d'un lac... Là en revanche j'ai dit oui en plaçant mon « Meat and potatoes » dans ma phrase. Comme quoi on nous apprend bien l'essentiel à l'école ! Déterminé à tout payer, il me dit que lui il est ici depuis 3 ans et a un bon job comme mécano hélicoptère. Vu que je suis fan d'aviation il m'amène à sa job avant d'aller au lac. On monte dans les hélicos on met les casques mais l'autorisation de décoller ne fut pas donnée :)

Elevé au grade du gardien du feu depuis plusieurs années je m'occupe des grillades pendant que ça joue de la musique, ça chante, ça se baigne, ça parle en anglais en allemand en français. Viande, patates, fromage, bananes au chocolat grillées : que du bonheur. Un dernier ami nous rejoint en amenant avec lui de quoi refaire des grillades : je suis encore au paradis !

En rentrant, persuadé qu'il n'était que 5h de l'après midi, Nancy (la gérante de l'auberge) me dit qu'il est déjà minuit, elle m'attendait, et me laisse un numéro à appeler demain matin. Un ami lui doit une faveur et a une caravane devant son terrain, elle me dit donc de voir avec lui et de la tenir au courant, au pire des cas elle me prêterait sa tente.

Voyager seul ne veut pas dire être seul, bien au contraire. Les gens sont si accueillants, tellement habitués à voir des voyageurs en quête du grand nord et de la vaste nature yukonnaise et malgré mon anglais plus qu'hésitant, et ma grosse étiquette « I'm french » sur mon front, les contacts et rencontres se font vite par icitte.

1 comment:

  1. J'espere avoir un superbe accueil aussi.

    ReplyDelete