Monday, July 23, 2012

L'insuccès des compliments

Si je n’apprécie que très peu les compliments (pour ne pas dire pas du tout) de mes proches ; ceux d'un inconnu sera sa meilleure façon de me prendre à rebrousse poil. Quand il me sera adressé il sera vu comme une phrase bouche-trou tout aussi banale que de parler de la météo. Ceci est d'autant plus paradoxale que moi même je me permets, sans exagération, d'en faire avec la plus extrême sincérité et espère qu'il soit entendu et accepté. Je ne sais absolument pas pourquoi je réagis comme cela, j'ai certainement du trop cultivé mon esprit de contradiction et la fierté de ma médiocrité.


Ce blog m'aura apporté un grand nombre de "Wahou, c'est trop bien ce que tu fais" et autres phrases du style mais il n'a pas été fait pour entendre cela. Les personnes qui méritent le plus ce genre de compliments sont des gens humbles qui ne perdent pas le temps à raconter leur vie sur internet et dont le monde entier ignore leur existence. Si au début je le destinais à mon tout petit cercle de proches, j'ai très vite été impressionné par le nombre de visites quotidiennes et plutôt que de flatter mon ego cela est allé totalement a l'encontre de mon premier principe : être le plus invisible possible. Son but premier était de m’éviter de raconter à chacun de mes proches systématiquement la même chose. J'aurais pu faire une simple chaîne de mails, mais mes proches méritaient mieux que de simples "copier/coller" de "je suis la, je fais ça et il fait froid". Restreindre son accès paraissait comme le meilleur des compromis mais pour des raisons purement techniques cela a été mis de cote. 

"Tu t'en fous des autres, tu sais pour qui tu l’écris, et nous on veut pouvoir partager ton blog" me répétaient mes proches. Ceci est toujours d’actualité, en réflexion dans ma petite tête et beaucoup de solutions sont envisagées : revenir a une chaîne de mail, changer d'outil pour bloguer et pouvoir utiliser un accès par simple mot de passe (chose impossible pour l'instant) mais des événements récents m'ont tout de même poussés à limiter de manière draconienne son accès. Une invasion de visites et commentaires russes (?), des commentaires sur inadmissibilité de mes propos (encore que ça c'est presque un compliment acceptable) ou encore des rencontres dans le monde réel s'entrechoquant avec mes écrits  du monde virtuel. En voici deux exemples les plus marquants :

(L’été dernier)
"Nous sommes tombes sur ton blog, il est génial, nous comptions faire un road trip juste en BC mais tu nous a donne envie de passer par le Yukon, tes photos sont géniales...(et blablala)" me sortent ces trois français arrives un jour plus tôt. "Les compliments sont le protocole des sots" disait Voltaire, je ne pouvais décemment pas commencer la conversation ainsi mais n'en pensais pas moins. Je suis néanmoins resté très courtois, vu leur manque total d'effort d’intégration ou d'esprit d’indépendance je savais très bien qu'ils quitteraient les lieux aussi vite qu'ils étaient venus. Se permettre de critiquer dans sa langue  les autres guests autour de la table qui ne parlent pas le français mériterait la guillotine (oups on va encore dire que mes propos sont inadmissibles). Si je suis amoureux de quelque chose ça ne veut pas dire que j'en ai les droits exclusifs bien évidemment, mais ça ne veut pas dire non plus que tout le monde le sera (et fort heureusement). Ils sont finalement partis du Yukon apres 3 jours avec un "Whitehorse c'est vraiment horrible" ce qui m'aura bien rassure quant a l'invasion supposée du Yukon.

(Il y a quelques jours)
"C'est toi le rêveur solitaire ?" me sort cette charmante passante alors que je sirotais mon cafe en contemplant le fameux dôme en roue de vélo. "J'ai lu tout ton blog et je suis fan ! Ce n’était pas bien difficile de te trouver" ajoute-t-elle. M'attaquer comme cela au réveil ?! Ca peut être pire que de dormir dans sa tente avec son saumon fraîchement péché. J'ai tout d'abord espéré esquiver en disant qu'elle faisait erreur mais je ne pouvais pas insulter sa perspicacité. "Et en plus t'es mignon" tant d'arrogance, il va falloir se calmer ma p'tite. "Bonjour, moi c'est Morgan et toi ?" J'ai un don pour la méchanceté gratuite et elle me démange mais par chance mon self-control s'est activée anormalement tôt ce matin, je resterai donc en mode schtroumpf grognon.
- Tu dois être LA personne pour faire découvrir Whitehorse et je viens d'arriver.
- Bin y a en gros rien à faire à Whitehorse. A la limite pour commencer y a l'office du tourisme.(l'important était dans la seconde phrase plus que dans la première)
- J'te crois pas... Tu dis toujours que tu adores ici.
(Comme si on avait discuté pendant des jours et des jours...)
- Non Whitehorse ça pue, j'ai pas vraiment le choix. Plus sérieusement il m'a fallu presque un an pour commencer à apprécier cette grande ville.
La conversation continue sur le meme ton, elle persuadee de savoir tout de moi et moi je reste sec et nonchalant pour finalement finir sur un "Tu es bien plus sympa a lire qu'en vrai". Ah enfin un compliment, elle ne méritait peut être pas mes ronchonnements...


3 comments:

  1. "Ce blog m'aura apporté un grand nombre de "Wahou, c'est trop bien ce que tu fais" et autres phrases du style mais il n'a pas été fait pour entendre cela."
    Mais il faut aussi accepter de ne pas tout contrôler... Et on ne contrôle pas les réactions de nos lecteurs, qu'elles soient bonnes ou mauvaises !
    On peut aussi décider de gérer les commentaires, ou de rendre le blog privé, comme tu l'as choisi.
    Ce n'est pas quelque chose que je ferais, car je n'écris pas que pour moi (contrairement à toi, je pense), j'écris aussi pour les autres. Mais tu as bien fait, car à mon avis, il faut avant tout rester "à l'aise", je ne sais pas trop comment dire... Ne pas se prendre la tête, finalement...

    ps : je suis assez choquée par la façon dont la fille t'a parlé, c'est vraiment étrange. A la limite, sa phrase d'accroche est plutôt sympa, mais alors après... 0_0

    ReplyDelete
    Replies
    1. "Mais il faut aussi accepter de ne pas tout contrôler... Et on ne contrôle pas les réactions de nos lecteurs, qu'elles soient bonnes ou mauvaises !"
      Je ne cherche pas a contrôler la réaction de mes lecteurs. Je n'aime pas les compliments ou plutôt il me passe bien au dessus. Ce n'est pas pour ça que ça ne me touche pas d'entendre ma mère (par exemple) ravie et m'en faire . Ca me fait grandement plaisir pour elle (j'imagine que pour des parents c'est mieux d'avoir une once de fierté de ses enfants que d'en avoir honte), pour moi personnellement ça reste un compliment donc ça me fait ni chaud ni froid (pour ne pas dire je m'en fous comme de l'an 40 mais je n'ai jamais vraiment compris le sens de cet 'an 40').

      Les commentaires sont gérés sur le blog et les messages reçus de ces catho intégristes n'ont pas été publié. Je respecte tout le monde y compris ceux qui n'en méritent aucun, tant qu'on vient pas me faire chier et venir me dire :"les choses sont comme ça et pi c'est tout". On peut débattre de ce qu'on veut et je vais trouver cela d'autant plus intéressant que mon interlocuteur aura une opinion diamétralement opposée et si au contraire elle s'approche trop de la mienne je changerai de discours juste pour un peu plus de fun : telles sont mes bases des échanges sociaux.

      "Ce n'est pas quelque chose que je ferais, car je n'écris pas que pour moi (contrairement à toi, je pense), j'écris aussi pour les autres. Mais tu as bien fait, car à mon avis, il faut avant tout rester "à l'aise", je ne sais pas trop comment dire... Ne pas se prendre la tête, finalement..."
      Tu mets précisément le doigt sur quelque chose qui commence a me sauter aux yeux. Si comme je l'ai dit je ne destinais ce blog qu'a mon entourage, plus ca va plus je me demande si le premier destinataire n'est autre que moi. Le fait que je ne sois jamais d'accord avec ce que j’écris pourrait aller dans ce sens...

      Et quant a cette demoiselle, je n'aime pas les gens pète-sec et sûrs d'eux. Elle m'a semblé combiner ces deux qualités avant même d'ouvrir la bouche. Sûrement un jugement hâtif, ou une intuition féminine :D. Ne sachant pas grand chose de moi je ne vois pas comment un inconnu pourrait pretendre en savoir plus. J'aime encore moins qu'on se glisse dans l’intimité de mon esprit et ceci est vrai et a été vrai avec les personne qui me sont ou m'ont été les plus proche, y compris dans une relation de couple. Malgré cela je pense m’être dévoilé (ou du moins avoir mis des mots sur ce que me proches savent de moi) plus ici que dans mes relations avec eux. Encore une chose qui prouverait que j’écris pour moi avant tout, persuadé que je suis le seul lecteur... C'est de la mégalomanie ? Du nombrilisme ? Je vous dois combien docteur ? :D

      Delete
  2. Je rebondis juste là dessus :

    "Ne sachant pas grand chose de moi je ne vois pas comment un inconnu pourrait pretendre en savoir plus"

    Pourtant, ça me semble évident que nous sommes toujours le cordonnier est toujours le plus mal chaussé... Ca me semble évident que parfois, nous sommes les bien moins placés pour avoir assez de recul pour nous comprendre nous-même. Je ne dis pas qu'une inconnue pourrait en savoir plus (ce n'est pas le cas, c'est sûr), mais pour les gens qui nous sont les plus proches, si.

    "Encore une chose qui prouverait que j’écris pour moi avant tout, persuadé que je suis le seul lecteur... C'est de la mégalomanie ? Du nombrilisme ? Je vous dois combien docteur ? :D"

    Je ne pense pas, je ne trouve pas péjoratif d'écrire pour soi même, au contraire. Parler, réfléchir, même quand deux ou trois personnes te lisent, ce n'est ni du nombrilisme, ni de l'exhibitionnisme... Ca peut être utile, inutile, on s'en fout ! C'est juste ce que c'est.

    ps : je veux bien une bière quand je passerai au Yukon ! On sera pas obligés de parler. :D

    ReplyDelete