Sunday, May 15, 2011

Les stars du Val à l'âne

Il était tant de faire un post sur les reines des lieux. Comme vous le savez je suis un un refuge pour ânes, il y en a 11 et je suis donc le 12e :). Ici, ils ont droit à un repos bien mérité : souvent anciennement maltraités ou abandonnés. Christian fait tout pour leur confort et leur bien être. "5000 ans qu'ils travaillent pour nous on peut bien les laisser se reposer et un peu travailler pour eux".





Ils ne sont pas utilisés pour des travaux de ferme, ni pour du savon, ni pour du transport de charge : rien que du repos et de temps en temps un peu d'amusement avec le mâle pour faire des petits ânons. Si il doit en vendre un ça sera toujours chez quelqu'un de confiance qui le gardera plus d'un an, qui prendra soin de lui. Quand il doit en récupérer, soit a cause d'une vente de ferme, d'un divorce ou autre, ils lui sont souvent vendus alors que les moyens ici sont petits et qu'il a souvent tout à faire et à payer (le foin, les soins vétérinaires et de sabot) et certains sont récupérés en piteuse état et squelettiques mais il se saignerait pour sauver un âne. 21 ânes sont en cours d'abandon au Québec et cherchent un propriétaire depuis le début de cette année.


L'hiver, les 9 femelles sont ensemble dans un parc avec un abris, le mâle seul dans un petit enclos et le mulet à part dans un autre parc. Ils sont donc exclusivement nourris au foin. On ne les lâche pas dans les parcs qui ont peu d'herbe et qui sont très boueux afin d'éviter qu'ils ne s'embourbent et se cassent une patte. Ensuite nous les avons lâché dans un parc un peu plus grand mais on les rentre chaque soir pour les mêmes raisons. Dès que le sol devient plus pratiquable ils sont lâchés dans les parcs et se régalent d'une bonne herbe toute la journée. Cela nous fait moins de travail mais ils sont bien plus heureux et autonomes.


Après deux mois ici je connais les caractères de chacun. Les premiers jours furent des jours de tests, ça croque les vêtements, ça bouscule un peu juste pour voir à qui elles ont à faire. Le mâle, on m'a dit de m'en méfier mais je le trouve très docile, le mulet en revanche est très farouche il est impossible de s'en approcher.

Les anecdotes avec mes copines sont nombreuses et mes phases d'apprentissages ont été folkloriques. Christian me laisse me débrouiller, je dois avouer que pour les rentrer dans leur enclos par exemple ça a été bien amusant. La première fois je les ai bêtement appelées comme des chiens et elles sont toutes venues. Génial, c'est trop facile ! Mais je crois qu'elles ont compris que j'étais un newbie et n'ont pas voulu me contrarier le premier soir... Les autres soirs, quand je n'avais pas encore assez d'expérience, elles se sont amusées à me faire courir un peu partout... Elles se mettent d'un côté d'un tas de bois et me font tourner dans un sens puis dans l'autre, je les entendais presque rigoler. Maintenant, tel un berger, je groupe tout le troupeau et les fait rentrer sans aucun souci. C'est amusant de voir d'autre personne essayer et les voir courir derrière mes copines qui s'amusent.

Cet été il devrait y avoir des naissances et je ne peux pas manquer ça donc je repasserai par ici sous peu.

Si vous voulez voir plus de photos et connaître tout leur petit nom c'est par ici : Les ânes du Val à l'âne

3 comments:

  1. Pourquoi "ni pour du savon" ?...

    ReplyDelete
  2. Le savon au lait d'ânesse le must du must !

    ReplyDelete
  3. J'aurais pu rajouter "ni pour du saucisson" :D

    ReplyDelete